Sous cloche
Se nourrir

En Lituanie, des bars et restaurants à ciel ouvert

Le Café Montmartre à Vilnius devrait rouvrir sa terrasse dans les prochains jours. / Thomas Teiten

Les établissements de restauration lituaniens sont progressivement autorisés à rouvrir, en installant des tables extérieures. Il faut également respecter des consignes sanitaires bien précises.

Dans ce pays de l’Est, la pandémie a tué 48 personnes. Dès le 16 mars, le gouvernement a fermé les écoles ainsi que les bars, restaurants, café. « Tous nos employés ont été mis au chômage technique, nous n’avons pas eu de chiffres d’affaires depuis un mois », déplore Thomas Teiten, Français expatrié, et patron de trois cafés à Vilnius,  le Café Montmartre, Café de Paris et Savičiaus Špunka.

« Sur les places et dans les rues, les cafés pourront installer des tables en extérieur », a annoncé Remigijus Šimašiu, le maire de Vilnius, le 24 avril. Servir en extérieur avec des règles sanitaires strictes réduit le risque de contamination. Pour les aider, la ville de Vilnius a « offert » l’espace public aux restaurateurs, ils sont désormais autorisés à s’étendre sur la voie publique sans avoir à payer de frais supplémentaires. Plusieurs places et squares de la ville ont déjà été mis à disposition de certains établissements. D’autres, comme ceux de Thomas Teiten, attendent encore des autorisations de la mairie.

Deux mètres entre chaque table

A quelques kilomètres de là, à Kaunas, la deuxième ville de Lituanie, Clara Giambino a déjà déployé ses petites tables en bois à l’extérieur de Chaika, son café ouvert en octobre dernier. Quelques clients viennent déjà y déguster des pâtisseries vegans. « C’est un soulagement de rouvrir », confie Clara, ravie. Une réouverture qui doit respecter des conditions bien précises.

Le café Chaika s’est étendu sur la rue de façon à pouvoir accueillir une demi-douzaine de clients. Clara Giambino

Des règles très strictes ont été édictées par les municipalités. Les tables doivent se tenir à deux mètres de distance. On ne peut être que deux par table et seulement être assis avec quelqu’un de sa famille. « On va devoir vérifier les passeports pour s’assurer qu’ils sont de la même famille », s’amuse Thomas Teiten. Les serveurs portent des masques et des gants pour le service. Les tables et les chaises sont désinfectées après chaque passage de clients. Les employés de Chaika doivent même prendre leur température au début de leur service et remplir un formulaire « pour noter comment ils se sentent.»

A Chaika, Clara a également décidé de réduire le nombre de salariés quotidien. « Sur six salariés, nous ne sommes que deux à avoir repris », explique-t-elle.

«Les clients vont-ils revenir?»

Cette possibilité de réouverture est déjà rassurante pour beaucoup de propriétaires, mais des incertitudes subsistent. « On se sent en sécurité pour notre prochaine réouverture, mais on se demande si les clients vont revenir », s’inquiète Thomas Teiten. Les serveurs et patrons ont mis en place des règles de sécurité, mais rien n’affirme que les clients se sentiront assez en sécurité pour fréquenter de manière régulière les bars, les cafés et les restaurants.

« Ça va être délicat sans les touristes », ajoute Thomas Teiten. En effet, les deux millions de touristes visitant la Lituanie chaque année représentent une part non négligeable du commerce des restaurateurs. A Kaunas, on s’inquiète également du départ des nombreux étudiants étrangers qui séjournent habituellement dans la ville. 

Une autre contrainte s’ajoute au tableau: la météo ! Les températures restent fraîches à cette époque de l’année en Lituanie (environ 7°C le matin / 12°C l’après-midi) et les averses sont fréquentes. De quoi décourager certains clients.

Related posts

Aux Etats-Unis, une saison des barbecues pas comme les autres

Léa DANDOIS

[VIDÉO] A la table confinée de l’auberge espagnole

Quentin MEUNIER

Les déjeuners confinés: quels changements pour les Français?

Mariette THOM